X hits on this document

Word document

Inventaire du 21e siècle - page 27 / 134

345 views

0 shares

0 downloads

0 comments

27 / 134

Robert Fossaert, Inventaire du 21e siècle. Tome 2 (2005).27

d'énergie - primaire ou dérivée - devienne disponible, c'est-à-dire compatible avec les équipements à desservir et d'un coût acceptable. Le chemin de fer tracté par des locomotives alimentées au charbon, puis au pétrole et ensuite. à l'électricité est un exemple généralisable. Beaucoup des novations énergétiques sont aujourd'hui véhiculées par l'électricité qu'il s'agisse des sources d'énergie primaire - parmi lesquelles la "houille blanche", le nucléaire, le solaire et l'éolienne se sont glissés - ou des appareillages de production et de distribution de ce fluide énergétique, progressivement transformés par des modernisations mécaniques, informatiques et autres. Ainsi, les énergies renouvelables ont en quelque sorte encadré la surconsommation des ressources fossiles épuisables: le bois, le moulin à vent, le fil de l'eau, etc. ont précédé la machine à vapeur et tous ses successeurs avides de charbon ou de pétrole, après quoi le vent et l'eau ont été mobilisés par de nouvelles techniques, cependant que de nouvelles masses végétales et de nouvelles ressources primaires (le solaire, le nucléaire) sont devenues utilisables.

Les barrages et turbines qui convertissent les courants d'eau en électricité requièrent des investissements énormes et, de ce fait, ils n'ont fourni en 2003 que 6 % de l'énergie primaire mondiale. Mais outre l'émancipation politique que symbolisent beaucoup de ces grands travaux 9, il n'est pas douteux que l'accent mis sur les économies d'énergie et sur la réduction des pollutions atmosphériques et autres favorisera leur multiplication. L'avenir du nucléaire - dont la contribution mondiale en 2003 a été quasiment égale à celle de l'énergie hydraulique - sera peut être entravé pendant quelque temps encore par les craintes extraordinairement exagérées que son utilisation a suscitées, mais ici également, un net développement peut être escompté, à mesure que le besoin deviendra plus pressant 10 et que les contre-propagandes - fantasmatiques ou/et pétrolières - s'effaceront, sans doute au prix de précautions et de contrôles durablement renforcés, y compris par l'enfouissement des déchets. On découvrira peu à peu que l'énergie nucléaire aura fait beaucoup moins de victimes que le charbon ou le pétrole.

Au reste, la raréfaction progressive des ressources pétrolières, puis charbonnières, stimulera évidemment la recherche de nouvelles sources d'énergie primaire ou de nouvelles techniques pour les valoriser. Les premiers tâtonnements de l'énergie solaire, déjà stimulés par l'exploration spatiale et les débuts timides de la capture par éoliennes de l'énergie des vents s'accélèreront sans doute, mais ils précèdent aussi des initiatives qui sortiront du laboratoire, telles celles qui visent à faire de l'hydrogène un carburant aisément utilisable. Quant aux spéculations sur d'éventuelles utilisations des ressources lunaires ou d'autres astres, elles ne

9 Du barrage d'Assouan en Egypte (mis en service au début des années 1960) au barrage des Trois Gorges en Chine (qui entrera en production avant 2010), beaucoup de tels travaux ont été rejetés par la Banque Mondiale pour des raisons multiples, parmi lesquelles la souveraineté du roi pétrole ne s'affichait pas, mais s'exerçait.

10 Après les hausses des prix du pétrole en 1973-75, la France ne fut pas seule à développer fortement la production nucléaire d'électricité, mais cet élan international fut calmé en peu d'années

Document info
Document views345
Page views345
Page last viewedSat Dec 10 14:52:03 UTC 2016
Pages134
Paragraphs1453
Words56761

Comments