X hits on this document

Word document

Inventaire du 21e siècle - page 41 / 134

301 views

0 shares

0 downloads

0 comments

41 / 134

Robert Fossaert, Inventaire du 21e siècle. Tome 2 (2005).41

Un ralentissement est attendu du fait que la population active croît désormais moins vite et que sa qualification, soutenue par un puissant effort de formation, ne pourra plus s'améliorer autant que dans le passé récent. À quoi s'ajoute l'engorgement de l'appareil bancaire chinois par des créances trop souvent douteuses, du fait de la difficile résorption de l'industrie héritée de l'époque maoïste, ce qui fait craindre que l'investissement additionnel soit par trop dépendant de l'apport de capitaux étrangers. Certes, la Chine rentabilise généreusement ces capitaux, mais cette situation se transformera inéluctablement - par une crise brutale ou par une érosion plus lente - à mesure que le coût de la main-d’œuvre croîtra. Par ailleurs, de grands efforts budgétaires seront requis dans les villes à aménager et dans les campagnes encore pauvres au regard des villes déjà modernisées. Néanmoins le ralentissement attendu par Maddison est douteux, d'autant que la politique économique de Pékin, conduite par Zhu Rongji et ses successeurs s'emploie obstinément à favoriser "l'atterrissage en douceur" de la surexpansion chinoise. En outre, les locomotives économiques, telles que Hong-Kong ou Taïwan sont rangées par Maddington (sous la rubrique Dynamic Asia avec Singapour et d'autres pays à retrouver plus loin), ce qui n'est plus le cas de Hong-Kong et pourrait advenir également pour Taïwan, mais probablement bien après 2015.

Il serait vain d'entrer dans un même détail pour chacun des postes que j'ai repris ou dérivés du tableau de Maddison, puisqu'aussi bien mes calculs aboutissent à un taux annuel moyen de variation du PIB mondial entre 1995 et 2015 qui est très proche du sien 30. Il n'en va pas tout à fait de même pour la période suivante (2015-2030) car je crains qu'il y ait pas mal "d'années perdues" au cours de cette période, si ce n'est dès la précédente. En effet, Maddison ne tient pas directement compte des catastrophes qui font perdre plusieurs années de croissance économique - comme ce fut souvent le cas en URSS, aux États-Unis, en Europe et au Japon en diverses périodes entre 1910 et 1950, du fait de révolutions, de crises ou de guerres. Les prévisions linéaires de Maddington ne peuvent anticiper de tels spasmes stochastiques, mais le panorama que j'essaie de dresser pour contribuer à une étude globale du 21e siècle, ne peut ignorer ces risques majeurs, sauf à en discuter plus loin la nature et la portée 31. Pour ma part, j'ai rassemblé dans l'annexe 2 ci jointe les résultats des projections qui vont maintenant servir de toile de fond au panorama économique du 21e siècle.

Réduite à l'essentiel, cette toile de fond apparaît clairement pour qui compare le poids de chaque région du monde - c'est-à-dire de chacun des sous-systèmes que je distingue dans l'actuel système mondial - dans le total de la

30 3,12 % contre 3,07 % de son côté; puis, en deuxième période (2015-2030) 3,42 % contre 4,10 %.

31 La théorie des crises - cycliques ou non - et des vagues de longue durée (façon Kondratieff) est discutée dans le chapitre consacré par Maddison aux Business cycles, Long waves and Phases of Capitalist Development, de son ouvrage Dynamic Forces in Capitalist Development, Oxford University Press, 1991

Document info
Document views301
Page views301
Page last viewedThu Dec 08 00:26:56 UTC 2016
Pages134
Paragraphs1453
Words56761

Comments