X hits on this document

Word document

Inventaire du 21e siècle - page 62 / 134

318 views

0 shares

0 downloads

0 comments

62 / 134

Robert Fossaert, Inventaire du 21e siècle. Tome 2 (2005).62

éventuellement, cependant que d'autres institutions internationales (comme l'ONU, le FMI, la Banque mondiale, etc.) utilisent les PIB et les autres agrégats issus des comptabilités nationales pour éclairer leurs propres actions, tandis que des États de plus en plus nombreux font référence à ces mêmes agrégats pour asseoir leurs budgets et leurs autres décisions d'ordre économique.

La comparaison des PIB est ainsi devenue d'usage courant. Chaque pays peut suivre l'évolution de son économie en comparant, d'année en année ou sur de plus longues périodes, ses PIB annuels successifs, qu'il s'agisse du PIB global ou du PIB par tête. Ce dernier se calcule tout simplement en divisant le PIB global de l'année par l'effectif total de sa population, pour la moyenne de l'année considérée. Cette moyenne est représentée, en pratique, par la population évaluée ou estimée à mi-année.

Mais la comparaison internationale des PIB des divers pays, pour une année ou une période donnée, est elle aussi d'usage courant, ne serait-ce que pour fixer certaines cotisations internationales (par exemple celles qui sont dues à l'Union Européenne par chaque pays membre), ce qui oblige ces institutions à bricoler des évaluations du PIB pour les pays qui n'ont pas les moyens statistiques de les calculer selon les normes établies, cas particulièrement fréquent en Afrique. Le plus souvent, ces bricolages sont le fait d'institutions internationales qui "calculent" les PIB des pays défaillants, sans avoir la possibilité d'effectuer l'énorme travail statistique local qui en fournirait la matière première, si bien qu'elles procèdent par tâtonnements (enquêtes partielles, sondages spécialisés, imitations d'autres pays supposés comparables, etc.).

Même en omettant les évaluations bricolées - qui concernent, aujourd'hui encore, plusieurs dizaines d'États - les comparaisons intertemporelles ou internationales des PIB ne peuvent devenir pleinement significatives qu'au prix d'aménagements statistiques fort délicats, mais nullement arbitraires. En effet, pour effacer les déformations que le temps ou l'espace international infligent aux PIB, il a fallu inventer, tester et perfectionner des filtres statistiques dénommés PPA en français ou PPP en anglais. Plutôt que de traduire prématurément ces sigles - qui, d'ailleurs, ne décrivent qu'un aspect des filtres en question, mieux vaut commencer par préciser ce qu'il faut filtrer.

Les PPA comme filtres des PIB dépendent de la comparaison à établir. Si l'on cherche à observer de façon précise la variation du PIB d'un pays donné sur plusieurs années, on cherche à définir l'évolution en volume de ce PIB. En effet tout PIB mesure la valeur de la production intérieure brute, laquelle varie par l'effet de deux variations entremêlées. D'une part, les prix changent d'une année à l'autre, de façon non uniforme (certains prix bougent plus que d'autres et pas dans le même sens) si bien que c'est tout le système des prix qui se déforme plus ou moins; D'autre part, l'ensemble des produits et services agrégés dans le PIB se transforme lui aussi, par variation de son volume global et par évolutions

Document info
Document views318
Page views318
Page last viewedFri Dec 09 04:23:32 UTC 2016
Pages134
Paragraphs1453
Words56761

Comments