X hits on this document

Word document

Inventaire du 21e siècle - page 69 / 134

298 views

0 shares

0 downloads

0 comments

69 / 134

Robert Fossaert, Inventaire du 21e siècle. Tome 2 (2005).69

l'économie productive réelle que la banque et la finance sont censées desservir.

L'appareil bancaire

"Il n'y a pas de capitalisme sans crises financières39. En effet, les exemples en sont multiples dès le premier système mondial capitaliste et leur renouvellement s'accompagne d'une diversification croissante de leurs symptômes. Les crises de change semblent être une variante récente, parce qu'elles se sont multipliées après août 1971, quand l'épuisement progressif des réserves d'or des États-Unis mit un terme au système des changes fixes établi par les Accords de Bretton-Woods (1944). Mais pour qui connaît les accords bilatéraux des années 1930 ou le système du prêt-bail de 1939 40, il est clair que la crise du $ détermina seulement un changement de forme des crises de change. Au reste, les crises dites "de change" sont souvent définies de façon superficielle (baisse des réserves ou dépréciation du taux de change excédant tel pourcentage). D'autres crises sont dites bancaires, parce que leurs premiers symptômes se manifestent dans les banques (crédits irrécouvrables ou non productifs d'intérêts, paniques de déposants, fermeture de guichets, etc.). Il en va de même pour les crises boursières (effondrement des cours, suspension des transactions, etc.). Parfois on parle aussi de "crises de la dette" comme il advint, par exemple, lorsque plusieurs pays latino-américains ne purent, vers 1982, faire face aux échéances de prêts contractés auprès de banques publiques ou privées des États-Unis et d'Europe. De cette époque, date également la qualification des crises par la zone géographique où elles se manifestent: après la crise sud-américaine, on eut ainsi la crise asiatique de 1997-98 ou la crise russe de 1998, suivie par la crise argentine de 2001, etc.

Tous ces termes ont une utilité descriptive, mais n'éclairent en rien le déclenchement des crises, ni leur mécanisme, y compris celui de leurs "contagions" supposées. Description ne vaut pas explication. Les symptômes pris comme repères ne tardent jamais à s'entremêler, le "crise de la dette" frappe les changes, dérègle les banques, secoue les bourses, etc. Et ce, quel que soit l'ordre dans lequel ces symptômes se présentent. Les crises financières, indissociables du capitalisme sont des spasmes du système mondial capitaliste, des crises d'adaptation d'une région ou d'un pays donné à l'état financier de ce système. Tout en veillant à particulariser l'analyse autant que de besoin, il faut donc repérer ce qui relie toutes les crises au fonctionnement général ou régional du système mondial lui-même.

39 Le rapport cité en note 38 sera abrégé en CF. La citation ici visée est la première phrase de CF (p.10).

40 Système selon lequel les États-Unis préfinancèrent les armements qu'ils vendirent jusqu'en 1945, aux pays en guerre, à charge pour ceux-ci de régler leur dette après le conflit. Beaucoup des créances américaines furent effacées sans remboursement complet, mais la Grande-Bretagne, principal bénéficiaire du "prêt-bail", y perdit quand même l'essentiel de ses actifs financiers, notamment sur l'Amérique latine. Bref, le "prêt-bail" acheva ce que la crise de 1929 avait commencé: le transfert du centre financier du système mondial de Londres vers New-York.

Document info
Document views298
Page views298
Page last viewedWed Dec 07 20:52:08 UTC 2016
Pages134
Paragraphs1453
Words56761

Comments