X hits on this document

Word document

Inventaire du 21e siècle - page 76 / 134

343 views

0 shares

0 downloads

0 comments

76 / 134

Robert Fossaert, Inventaire du 21e siècle. Tome 2 (2005).76

Aux îles Caïmans, minuscule archipel caraïbe qui est un confetti de l'Empire britannique, l'État anglais exerce un pouvoir discret et souvent distrait quand il s'agît des banques (gérées de loin) qui ont, ici, leur "siège social". À quelques détails près, il en va de même dans toutes les places off shore, y compris dans celles qui constituent un État indépendant. À ce degré zéro du contrôle étatique, on oppose habituellement le cas des États de plein exercice qui exercent sur leurs banques (centrale et commerciales) un vigilant contrôle prudentiel, alors qu'en réalité, ces deux exemples bornent tout un éventail de situations à expertiser cas par cas. Les pays sont plus ou moins bancarisés et leurs banques pratiquent des gammes d'activités assez dissemblables, encore que l'établissement local de filiales et succursales issues de pays "bancairement plus développés" importe de nouvelles façons de tenir la banque. L'ensemble des entreprises qui interconnectent la monnaie et le crédit, de toutes les façons - bancaires, boursières assurantielles et autres - qui y sont en usage, y compris avec leurs flanc-gardes prudentiels et leurs superviseurs centraux - forme, dans chaque pays un appareil M/C de type variable. 49 Partout cet appareil interfère avec celui qui sert à l'État local et à toutes les autres collectivités publiques pour interconnecter les impôts de toute sorte, prélevés de façon obligatoire et les dépenses de toute nature que ces prélèvements obligatoires financent par tout un réseau souvent entretissé de façon complexe.. Cet appareil I/D relève de l'État, mais pas toujours en toutes ses parties. Par exemple le système français du Trésor public accomplit des tâches (de caisse et autres) que le système américain confie à des banques. D'autres compénétrations des deux appareils peuvent être observées, l'une des plus riches - et des plus controversées - étant celle qui résulte des nationalisation bancaires. Derechef, chaque pays présente des caractéristiques propres, historiquement variables, pour l'agencement des appareils I/D et M/C, de leurs éventuelles connexions et pour ce qui est de leurs conflits, souvent très significatifs.

De ce dernier point de vue, tous les problèmes de contrôle prudentiel qui ont été évoqués jusqu'ici se résument en une question centrale: l'État borde-t-il les activités bancaires, boursières et connexes par des règles pertinentes et dûment contrôlées ou laisse-t-il aux entreprises du réseau M/C des latitudes et de quelle ampleur? Question qu'il faut traiter sans jamais perdre de vue les crises financières qui peuvent être provoquées - ou subies - par les banques et les bourses, crises qui peuvent conduire à des interventions de l'État. À la limite, l'État est l'ultime gardien d'un ordre public qu'un effondrement de pans entiers de l'appareil M/C - c'est-à-dire une "crise systémique" - provoquerait inéluctablement. Si une telle crise éclatait dans un pays développé, sa contagion mondiale serait d'une extrême gravité, car il n'est aucun État, ni groupe d'États, ni aucune institution

49 Le tome 3 de La Société qui est consacré aux Appareils présente notamment l'historique et la typologie des appareils M/C et I/D. Il peut être consulté dans sa version abrégée sur www.macrosociologie.com et sur :

http://www.uqac.ca//Classiques_des_sciences_sociales/contemporains/fossaert_robert/la_societe_tome_3/tome_3.html, dans sa version intégrale.

Document info
Document views343
Page views343
Page last viewedSat Dec 10 12:00:46 UTC 2016
Pages134
Paragraphs1453
Words56761

Comments