X hits on this document

Word document

Inventaire du 21e siècle - page 77 / 134

342 views

0 shares

0 downloads

0 comments

77 / 134

Robert Fossaert, Inventaire du 21e siècle. Tome 2 (2005).77

internationale qui ait, dans le système mondial actuel, la capacité et les moyens d'intervenir à bonne échelle, ou mieux, d'agir préventivement. Les risques de crise politique, d'origine bancaire, sont moins graves, mais plus fréquents. Plus les banques sont grandes et internationales dans leurs activités, plus elles sont en mesure d'offrir à leur clientèle des échappatoires fiscales. Grandes ou petites, elles se drapent toutes dans un vertueux secret bancaire qu'elles lèvent seulement quand des lois formelles leur enjoignent de livrer certains renseignements à la justice, à la police, à la douane ou à d'autres appareils d'État. En revanche, elles ne prêchent jamais la vertu fiscale, car celle-ci n'est pas rentable, commercialement parlant. Quant aux rares affrontements du type "mur d'argent" 50, les banques hésitent à y recourir, tant les retours de flamme peuvent leur être dommageables.

L'internationalisation des banques permet à celles-ci de mondialiser plus ou moins leurs éventuels dégâts. L'exemple le plus typique à cet égard est celui de la crise "latino-américaine" de 1982 qui frappa le Mexique plus que tout autre État. J'ai rappelé ailleurs 51 comment la banque centrale américaine étouffa l'inflation interne par une hausse énorme de ses taux. Cette médecine de cheval fut efficace, mais elle fut pratiquée sans se soucier aucunement des conséquences subies, à l'étranger, par les pays lourdement endettés en dollars. Une "décennie perdue" pour la plupart des États sud-américains fut le prix de cette cure bénéfique pour les seuls États-Unis. L'internationalisation bancaire est potentiellement ravageuse, car aucun pouvoir étatique - ou multilatéral - ne l'encadre à bonne échelle et en temps utile.

(2) – Le jeu mondial des banques

Retour à la table des matières

Une solide assise bancaire s'acquiert dans le pays d'origine d'une banque et sa durée dépend de la qualité du service rendu, si bien que les établissements impliqués dans le grand jeu mondial risquent d'en être évincés si leur service se dégrade dans leur métropole et s'avère inadéquat dans les nouveaux territoires où ils pénètrent.

50 La victoire électorale d'un "cartel des gauches" fit craindre aux banques françaises des années 1924-25 de dangereuses mesures gouvernementales, notamment en faveur de l'"économie mixte" où se mêlent les initiatives publiques et les capitaux privés. Les banques refusèrent donc de fournir à l'État les crédits bancaires dont il avait grand besoin. Le gouvernement s'écrasa contre leur "mur d'argent". Cette péripétie ne contribua pas peu à faire du général de Gaulle un partisan des nationalisations bancaires de 1945.

51 Voir www.macrosociologie.com/index/latam1.

Document info
Document views342
Page views342
Page last viewedSat Dec 10 11:22:29 UTC 2016
Pages134
Paragraphs1453
Words56761

Comments