X hits on this document

Word document

Inventaire du 21e siècle - page 98 / 134

305 views

0 shares

0 downloads

0 comments

98 / 134

Robert Fossaert, Inventaire du 21e siècle. Tome 2 (2005).98

disciplines tendant à renforcer méthodiquement leur résilience. Ce terme importé de l'anglais par les physiciens désigne en somme la limite maximale des pressions externes que peut supporter un objet métallique avant de se rompre. Pour ce qui est des pressions externes, on ne peut douter (voir §1) qu'en tous pays, l'appareil bancaire y sera lourdement exposé, tout au long du 21e siècle.

Renforcer la résilience bancaire, c'est faire en sorte que chaque banque applique en son sein des contrôles méthodiques et qu'une supervision externe veille à l'efficacité de ce contrôle. Veille également à ce que chaque groupe bancaire agisse de même à son échelle propre, tout en vérifiant la qualité des contrôles prudentiels mis en œuvre par chacune des filiales et sous-filiales du groupe, sans oublier aucune des participations croisées avec d'autres groupes et sans négliger aucune des filiales, succursales, bureaux et autres entités subordonnées exerçant à l'étranger, nonobstant les commodités offertes par la diversité des droits locaux et la variété des exigences des banques centrales de chaque pays. A ce dernier titre, les officines de tout statut installées dans quelque "paradis" que ce soit 84 par une banque agissant seule ou associée à d'autres établissements, devraient faire l'objet de contrôles deux fois redoublés: une fois pour vérifier simultanément les activités locales et les actions connexes des échelons centraux (du groupe) d'où elles sont télécommandées; et une seconde fois pour s'assurer que les autorités les plus centrales de la banque ou du groupe en question sont clairement averties de ce qui se passe dans leurs portions des Mers des Sargasses bancaires. Ceci afin, que la justice du pays où les sièges centraux sont installés ait toujours des responsables de haut rang à qui s'en prendre si la législation est violée. Enfin, le contrôle agencé au sein des banques et des groupes bancaires devrait être explicitement défini pour tout ce qui concerne les opérations boursières auxquelles ces établissements sont mêlés, comme initiateurs d'opérations à débouché boursier, comme intervenants sur les marchés boursiers pour compte propre et pour compte de clients ou comme gestionnaires de fonds d'"épargne" ou d'"investissement" de tous types, sans omettre aucunes des boucles de ce magma qui déborde notamment vers la vente d'assurances, vers la fabrication et la vente de titres OTC (over the counter), vers la création et la gestion de "lignes de produits" 85 destinées aux pyramides de "dérivés" ou aux combines off shore, voire au montage de crédits-en-filiales à la Enron. Étant bien entendu que les propositions précédentes doivent être interprétées dans leur plus large généralisation, car rien de ce qui se passe de banque-à-bourse et retour 86 ou de ce qui advient dans ou vers l'un quelconque des autres "marchés" où la banque se manifeste ne doit demeurer hors contrôle, nonobstant la vitesse des opérations.  Chaque État doit également être responsable de la qualité des supervisions

84 Fût-ce dans les Iles anglo-normandes, le Lichtenstein, Monaco, le Luxembourg, Malte et autres "paradis" sanctifiés par leur présence en Europe, la même règle valant pour Panama et les "communautés" archipélagiques du Pacifique sous tutelle américaine. Etc.

85 Les banquiers aiment draper leurs activités financières dans un vocabulaire industriel.

86 Fût-ce par le détour de compagnies d'assurances liées aux banques, car les mastodontes financiers en formation tendent souvent à intégrer de telles compagnies.

Document info
Document views305
Page views305
Page last viewedThu Dec 08 08:27:32 UTC 2016
Pages134
Paragraphs1453
Words56761

Comments